07 février 2013 ~ 0 Commentaire

Commençons léger…

Bonsoir, il est 23 h 38.

Tonton Ronchon vient d’entendre un commentateur sportif heureux : les joueurs de l’équipe de France ont paraît-il presque tous chanté la Marseillaise ce soir, ça suffisait à son bonheur. Il faut croire que pour lui c’est le principal.

J’avais envie de parler de choses insignifiantes ce soir, mais pas de celle-ci. J’y reviendrai sans doute un jour. Et en fouillant un peu dans ma mémoire de ces derniers jours, j’ai fini par trouver une nouvelle importante, digne d’intérêt : Depuis hier, les Parisiennes ont le droit de… attention, tenez-vous bien, âmes sensibles s’abstenir de lire la suite… porter un pantalon sur la voie publique. Rien de moins !

Si, si, je vous assure ! Tapez juste « parisiennes pantalon » dans Google par exemple… je viens de le faire, j’ai eu 1 850 000 résultats.

C’est en effet une ordonnance préfectorale datant de 1800 qui vient d’être abrogée. Enfin… si j’ai bien compris l’article que je viens de lire, elle aurait plutôt été abrogée de facto car contraire à la constitution. Mais finalement le résultat est le même.

Remarquons tout de même, pour calmer les ardeurs de certaines personnes qui crieraient au sexisme outrancier, que cette ordonnance n’était pas si stricte qu’elle paraît : suivant les sources, on apprend que le port du pantalon était toutefois permis aux Dames et Demoiselles qui circulaient à cheval ou qui tenaient le guidon d’une bicyclette (Tiens ! Delanoë n’a pas encore inventé ChevalLib ?). Ce petit détail me rappelle d’ailleurs un des plus beaux moments de ma vie de piéton, vieux hélas de plusieurs années, celui où j’ai vu une jeune -et fort agréable à regarder- femme qui descendait en vélo la rue de Tolbiac. Je ne sais si elle avait du vent de face ou si c’était l’effet de la vitesse, toujours est-il qu’elle a dû s’apercevoir en même temps que sa jupe était un peu trop courte et que ses deux mains étaient prises pour tenir le guidon. Pas besoin de faire un dessin, je pense… Préférant je suppose une petite gêne passagère à une grosse gamelle, surtout si elle ne risquait pas d’être à cet endroit reconnue par son voisin lubrique ou son boulanger farceur, elle a eu l’air de choisir la première et a sans doute rajusté sa tenue au feu suivant. Toujours est-il qu’elle aurait été mieux inspirée (pour elle, mais certainement pas de mon égoïste point de vue) de mettre ce jour là un pantalon, puisqu’elle en avait légalement la possibilité.

On pourrait donc penser que l’abrogation de cette loi ferait le bonheur de toutes les Parisiennes. C’est là que surgit un autre problème : Je cite une phrase que Le Midi Libre ne me reprochera pas, je pense, d’avoir pioché sur leur site : «  »Le problème des filles est plutôt de pouvoir porter une jupe » sans se faire traiter de tous les noms dans la rue ou au collège », dixit Claire Cabanel, de NPNS (Ni Putes Ni Soumises).

Mais là, il faudra malheureusement plus que l’abrogation d’une loi pour changer quelque chose.

 

Il est 0 h 12, je reviendrai mettre un autre article sans doute plus sérieux dans quelques jours. Pour l’instant je vais me coucher. Et je vous souhaite à toutes et tous, que ce soit en pyjama ou en chemise de nuit ou nuisette, de faire de beaux rêves.

 

TR.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Redd03 |
flower123 |
Culture et fun |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Ce que Jean pense
| Shab8690
| Royage